Tous les petits secrets du palet breton

Vous avez déjà goûté et apprécié notre palet breton La Trinitaine, généreux petit gâteau rond et appétissant. Mais le connaissez-vous vraiment ? Petite invitation à découvrir ses multiples facettes.

Si le palet breton est apprécié à l’heure du thé, c’est qu’il est souvent considéré comme le plus fondant des biscuits secs. Il inonde le palais de sa texture sableuse et beurrée, relevée d’une pointe de sel. Et, dans sa boîte métal  ou son emballage, il ne vous cache rien de ses jolies rondeurs et de sa robe dorée.

Le plaisir des gourmands.

Le palet breton est un biscuit sec en pâte brisée, d’un diamètre d’environ 5,5 cm et épais d’environ 1,5 cm (ce qui est peu commun). Il contient en moyenne 20 % de beurre demi-sel ainsi que du sucre vanillé. Il se conserve bien (plutôt dans une boîte métal) et assez longtemps, à condition de le maintenir à l’abri de l'humidité. Il est très apprécié, en particulier par les enfants car « c’est le plus gros ». Son goût de beurre salé et sa texture, qui s’effrite quand on le croque, sont de vrais petits bonheurs pour la bouche. Il accompagne parfaitement les desserts, les glaces ou le café. Il peut aussi être mangé à n'importe quel moment de la journée, seul, ou peut servir à réaliser de nombreux desserts. Enfin, il se décline aujourd’hui en plusieurs goûts. À la Trinitaine par exemple, vous pouvez choisir entre nature pur beurre, aux pépites de chocolat, au cacao ou à la framboise. Enfin, il faut savoir que le palet breton (avec sa cousine la galette bretonne) est en cours d’obtention d’une indication géographique protégée et qu’il a fait, en 2018, son entrée dans la nouvelle édition du Petit Larousse illustré.

D'où vient-il ?

 Son nom vient du jeu de palets dont les éléments métalliques sont de la forme du biscuit et a été créé à la fin du XIXe siècle, à l'initiative des biscuiteries bretonnes. On retrouve des traces de ce jeu dès le XIVe siècle et, à l’époque, le palet était une pierre plate que l’on jetait sur le sol. Il prit sa forme actuelle dans les années 1920 et connut un fort développement d’abord dans la région de la Rennes. Le terrain de jeu était soit des planchers de maisons, des panneaux de bois ou des vieilles portes. Puis est apparu le panneau carré en bois que l’on connaît aujourd’hui. Entre les deux guerres, ce jeu a surtout été pratiqué à l’occasion des fêtes de famille, des kermesses ou simplement en famille ou entre amis. Les premières compétitions sont apparues après la seconde guerre mondiale et la première Coupe de France de Palets sur Planche Bois est apparue en 1968.

Il connaît depuis un succès jamais démenti dans toute la Bretagne. Enfin, petit détail pratique : une partie de palet breton se joue en 12 points et généralement en 2 manches gagnantes. Chaque palet placé sur la planche, sans avoir rebondi sur le sol, et le plus près du maître (le palet plus petit… comme le cochonnet pour la pétanque), fait marquer un point. On y peut jouer en solo ou en équipe.

Voilà… Le palet n’a plus de secret pour vous !

<